Gérer les troubles du comportement alimentaire

Son histoire

Si maintenant la famille fait partie intégrante du parcours de soins de la personne souffrante, il n’en était pas de même dans les années 1980-1990.  Les parents se sentaient bien seuls, malgré le suivi d’un groupe de parole parents mensuel qui ne ressemblait en rien aux groupes actuels. Mais c’était mieux que rien, et même, nous étions privilégiés par rapport aux autres structures où rien ne se faisait pour aider les parents qui souvent étaient rendus responsables, en particulier la mère. Quid des familles dysfonctionnelles ?

Quoiqu’ il arrive, nous n’avons jamais perdu espoir en l’avenir, ce qui, sans le savoir, a soutenu notre fille dans son long parcours chaotique, car nous lui avons toujours fait confiance, en laissant du temps au temps et en la respectant dans son parcours. Pendant ces douze années aussi, nous avons compris que la « guérison/rémission/rétablissement/réhabilitation » ne pouvait être possible qu’en établissant une alliance thérapeutique entre enfant, professionnels de santé et famille.

Après la mort accidentelle de Sandrine au début de l’an 2000, aidés par ses anciens thérapeutes qui avaient pris conscience de la nécessité d’innover dans l’approche de la pathologie, dans la mise en place de nouvelles thérapies, et de modifier les relations patient, parents, soignants, la Fondation Sandrine Castellotti a vu le jour le 7 juin 2001. Sous égide de la Fondation de l’Avenir, elle est reconnue d’utilité publique.

La Fondation Sandrine Castellotti a trois objectifs qui ont été mis en place progressivement selon les opportunités et les moyens financiers.

  • Aider la prévention des TCA, en favorisant un diagnostic précoce et une prise en charge transdisciplinaire, graduée, globale et personnalisée.
  • Aider la recherche médicale sur les TCA.
  • Mettre en place une action auprès des pouvoirs publics pour améliorer les filières de soins et d’accompagnement des TCA.